02202018Mar

Un tribunal citoyen demande des comptes sur le massacre de 1988 en Iran

Des témoins et des experts des droits de l’homme ont participé le 1er février à À Genève à un « tribunal citoyen » qui avait pour but de « juger » les auteurs d’un crime contre l’humanité resté impuni en Iran. En 1988, à la suite d’une fatwa (décret religieux) émis par le guide suprême des islamistes au pouvoir en Iran, l’ayatollah Khomeiny, 30 000 prisonniers politiques ont été éliminés en moins de trois mois.

Iran - Une exécution particulièrement cruelle (Amnesty International

30 janvier 2018
Amnesty International s’indigne du fait que les autorités iraniennes ont exécuté un jeune homme déclaré coupable de meurtre, qui n’était âgé que de 15 ans au moment du crime. L’organisation a appris qu’Ali Kazemi, 22 ans, avait été pendu le 30 janvier dans une prison de la province de Bouchehr. Son exécution a été planifiée et s’est déroulée sans que son avocat soit averti, ce qui est contraire au droit iranien.

Iran : des manifestants morts en détention - Amnesty International

Au moins cinq personnes sont mortes en détention à la suite de la répression des manifestations contre le régime.

Sina Ghanbari est morte à 23 ans, incarcérée dans le quartier dit de « quarantaine » de la prison d'Evin, à Téhéran, où les détenus sont placés juste après leur arrestation. Ce décès renforce nos inquiétudes concernant l’intégrité physique de centaines de détenus.

Les protestations en Iran diffèrent de celles de 2009 et réclament le renversement du régime

Les manifestations qui ont débuté jeudi à Machhad se sont étendues à Téhéran et aux grandes villes telles que Tabriz, Ispahan et Chiraz, ainsi qu'à des douzaines d’autres villes moyennes à travers le pays. Ces manifestations sont différentes de celles qui ont eu lieu en 2009, lorsque la réélection de Mahmoud Ahmadinejad a déclenché des manifestations à l'échelle nationale. Elles sont allés jusqu’à revendiquer le renversement du régime. Les manifestations ont ciblé l'élite au pouvoir et ses politiques tant en Iran qu’à l'étranger.