Par Pooya Stone

La Cour suprême iranienne a confirmé jeudi la condamnation à mort du prisonnier politique Heydar Ghorbani et son cas a été transféré au bureau du procureur de Sanandaj, la province du Kurdistan, pour que son exécution soit appliquée.

Il a été arrêté en 2016 par des agents du ministère du Renseignement et de la Sécurité (vevak) et placé sous la torture à la prison centrale de Sanandaj. Il a maintenant été transféré dans le couloir de la mort.

La Résistance iranienne a exhorté le Secrétaire général des Nations Unies, le Haut Commissaire aux droits de l’homme et le Conseil des droits de l’homme, ainsi que toute autre organisation internationale de défense des droits de l’homme, à arrêter l’exécution de Ghorbani.

Le régime, confronté à une multitude de crises, a eu recours aux exécutions pour tenter de maintenir un climat de peur, dans l'espoir d'éviter de nouvelles manifestations. Mercredi dernier, ils ont exécuté le manifestant Mostafa Salehi, 30 ans, pour avoir «dirigé les émeutes du district de Kahrizsang dans la ville de Najafabad» lors des manifestations de décembre 2017, ce qu'il n'a admis que sous la torture et a nié chaque fois qu'il ne l'était pas.

La Résistance iranienne a déclaré, plus que jamais la communauté internationale doit envoyer une mission d’enquête dans les prisons du régime pour inspecter les conditions et interroger les détenus, en particulier les prisonniers politiques.

Le fascisme religieux au pouvoir en Iran devrait être fermement condamné et isolé par la communauté internationale pour son utilisation continue de la torture et des exécutions arbitraires, en particulier contre les prisonniers politiques, et la violation flagrante et systématique des droits de l'homme à travers le pays ... Le régime de L'Iran est réputé pour inventer des scénarios et extorquer des aveux forcés aux prisonniers politiques pour justifier leur exécution.

Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a condamné l'exécution de Salehi, la décrivant comme une tentative de "terroriser la population et repousser les soulèvements populaires", avant d'exhorter la communauté internationale à condamner ces exécutions et à prendre mesures pour protéger les prisonniers politiques.

Il y a un peu plus de deux semaines, une campagne internationale sur les réseaux sociaux utilisant le hashtag # اعدام-نکنید ou « n’exécutez pas», a réussi à empêcher l'exécution de trois jeunes hommes - Amir Hossein Moradi, Saied Tamjidi et Mohammad Rajabi - arrêtés pour avoir protesté lors du soulèvement de novembre 2019.

Leur procès a eu lieu en janvier, et Amnesty International l'a qualifié de «manifestement injuste» en raison du fait que les aveux de Moradi, 25 ans, ont été extorqués sous une torture brutale.

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS