Par Pooya Stone
Trois prisonniers politiques iraniens arrêtés lors des manifestations de 2018 ont été condamnés à mort et à de lourdes peines de prison.

Navid, Vahid et Habib Afkari Sangari, trois frères qui ont été détenus lors des manifestations de juillet 2018, ont été jugés séparément par le tribunal révolutionnaire et le tribunal pénal de Chiraz, et finalement condamnés à mort, flagellation et emprisonnement. Ces personnes sont accusées d'avoir formé un groupe, tué un agent de sécurité et participé à des manifestations.

La vie de Navid est en danger

Selon ces verdicts, Navid Afkari a été condamné à deux chefs d’exécution, 6 ans et 6 mois d’emprisonnement et 74 coups de fouet, Vahid Afkari à 54 ans et 6 mois d’emprisonnement et 74 coups de fouet, Habib Afkari à 27 ans et 3 mois d’emprisonnement et 74 coups de fouet. Parmi ces condamnations, la condamnation à mort de Navid Afkari a été confirmée par la Cour suprême et un nouveau procès a été rejeté. Le cas de ces personnes est toujours à l'examen devant le tribunal révolutionnaire pour plusieurs autres chefs d'accusation.

Ces prisonniers politiques sont Navid (Farshid) Afkari Sangari, fils de Hussein, né en 1993, célibataire, plâtrier et champion de lutte (avec plusieurs médailles aux championnats nationaux). Vahid Afkari Sangari, fils d'Hossein, né en 1985, célibataire, plâtrier. Habib Afkari Sangari, fils de Hossein, né en 1991, marié, soudeur et Saeed Dachtaki, 22 ans, de Chiraz.

Navid n'a pas de casier judiciaire

Une connaissance de la famille a déclaré : "Navid Afkari, en tant que personne sans casier judiciaire et personnalité bien connue qui a remporté plusieurs championnats de lutte dans le pays, avec deux frères et une autre personne, a pris une part active aux manifestations en Juillet 2018. Bien qu'ils n'aient fondamentalement pas commis d'acte, c'est le signe que les trois frères ont formé un groupe.

« Ces personnes sont accusées d'avoir joué un rôle actif dans les manifestations de juillet 2018 à Kazeroun puis à Chiraz. Ils sont accusés d'avoir tué une force de sécurité affiliée à la société ABFA pour avoir prétendument participé à la répression des citoyens qui manifestaient. "

Le texte du verdict final du bureau du procureur rendu par la section 10 du bureau du procureur spécial pour les affaires criminelles et les crimes de sécurité se lit comme suit : M. Navid Afkari Sangari a constitué un groupe opposé au système dans le but de perturber la sécurité de la pays, accompagné de M. Vahid Afkari Sangari et Habib Afkari Sangari et Saeed Dachtaki. Ils ont mené des activités anti-sécurité et des activités de propagande et d'écriture de slogans contre le régime sacré de la République islamique d'Iran (en particulier Navid et Vahid Afkari) et ont identifié des agents de renseignement, que ce soit de la milice Bassij ou des Pasdaran, et planifié des actes terroristes pour exécuter les mauvais ordres contre-révolutionnaires, et ils ont intimidé et méprisé les fidèles du système. "

Torture pour obtenir des aveux forcés

La source informée a souligné : « Navid et Vahid Afkari ont été gravement torturés afin d'obtenir des aveux forcés dans le lieu très notoire de la police à Chiraz, et même les déclarations de témoins au sujet de leurs coups et tortures ont été mentionnées dans l'affaire, mais ces déclarations n'ont pas été prises en considération par le tribunal. "

Il est à noter que les condamnations à mort de plusieurs prisonniers impliqués dans des manifestations ont déjà été prononcées, dont Mostafa Salehi, un détenu du soulèvement de 2017, qui a été exécuté le 5 août 2020, ce qui a provoqué de nombreuses manifestations nationales et internationales.

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS