Par Pooya Stone

Malgré les appels de la communauté internationale et les appels à la révocation de la condamnation à mort de Navid Afkari, les autorités iraniennes ont exécuté ce champion de lutte en septembre.

À l'aube du samedi 12 septembre 2020, les autorités iraniennes ont exécuté Navid Afkari, un champion de lutte de 27 ans. En septembre 2018, les forces de sécurité ont arrêté Navid pour avoir participé aux manifestations d'août 2018. Il a été gravement torturé par les interrogateurs pour avouer ce qu'il n'avait jamais commis.

Les autorités iraniennes ont exécuté Navid Afkari malgré une campagne internationale pour épargner sa vie. Au cours de la semaine dernière, de nombreux athlètes en Iran et à l'étranger ont demandé au gouvernement iranien de suspendre la condamnation injuste contre lui.

Le 1er septembre, à l'initiative d'un groupe d'athlètes et de champions sportifs iraniens, des membres du Conseil national de la résistance iranienne de l'opposition iranienne (CNRI), aux côtés de 48 champions sportifs iraniens, ont écrit au secrétaire général de l'ONU, le Comité international olympique, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme et le président du Conseil des droits de l'homme pour appeler à leur intervention urgente pour stopper l'exécution d'Afkari.

M. Moslem Eskandar Filabi, héros national en Iran et vainqueur de 17 compétitions nationales et internationales de lutte, et président du comité d'athlétisme du CNRI, le Dr Mohammad Ghorbani, médaillé d'or aux Championnats du monde de lutte de 1971 en 1971, et MM. Bahram Mavaddat, Asghar Adibi, Hassan Nayeb Agha et Abbas Novin Rouzegar, membres de l'équipe nationale iranienne de football et membres du CNRI, figuraient parmi les signataires.

De plus, deux champions de lutte, Mohammad Reza Geraei et Mohammad Ali Geraei, ont annoncé leur soutien à Navid Afkari et publié l'image de ce prisonnier politique condamné à mort sur leurs pages Instagram.

Des athlètes iraniens ont demandé aux autorités de renoncer à la peine de mort contre Navid Afkari

En outre, de nombreuses personnalités et athlètes internationaux, dont le président américain Donald Trump, le sénateur Marco Rubio, le porte-parole du département d'État Morgan Ortagus, Amnesty International, le président de l'Ultimate Fighting Championship (UFC) Dana White, le directeur exécutif de la World Players Association Brendan Schwab, Championne nationale américaine de lutte et fondatrice de Wrestler Like a Girl Sally Roberts, et bien d'autres.

Cependant, le gouvernement iranien a rejeté les appels internationaux et a même refusé un nouveau procès dans l'affaire Navid Afkari.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a sévèrement condamné ce crime. « La dictature religieuse sanguinaire en Iran s’est livrée à nouveau à un grand crime en exécutant Navid Afkari. Mais elle ne tardera pas à recevoir sa réponse du peuple iranien et de sa jeunesse insurgée, qui vont aviver les flammes du soulèvement pour le renversement. La jeunesse rebelle, en solidarité avec les habitants héroïques de la province de Fars, s’insurge contre le sang injustement versé de Navid Afkari. », a-t-elle tweeté.

Mme Radjavi a également appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet à prendre des mesures pratiques et efficaces contre le régime iranien suite à l'exécution de Navid Afkari et de 120 000 prisonniers politiques.

 

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS