Par Pooya Stone

Le 12 septembre, les autorités iraniennes ont convoqué la famille de feu Mostafa Salehi devant le tribunal de Najafabad et ont menacé sa veuve et ses orphelins de saisir leur terrain et leur maison. Ils ont annoncé que ces propriétés seraient confisquées si elles ne payaient pas 5 milliards de rials (environ 21 700 $ US) dès que possible.

Mostafa Salehi a été exécuté le 5 août pour avoir pris part aux manifestations anti-gouvernementales de 2018 en Iran.

Fin août, la justice iranienne avait ordonné à l’épouse de Mostafa Salehi de payer 4,25 milliards de rials (environ 18 450 dollars) au titre du «prix de sang». Cependant, les 9 et 10 septembre, les autorités ont convoqué cette famille en deuil devant le tribunal révolutionnaire d'Ispahan et ont annoncé que «l'argent du sang» était passé à 5 milliards de rials.

En réponse, la famille s'est plainte, affirmant que Mostafa avait été tué alors qu'il était innocent de tout crime et que ses enfants étaient devenus orphelins. Cependant, le juge et les employés du tribunal ont insulté cette famille en deuil avec un langage obscène et vulgaire. Ils ont également menacé cette famille pauvre de confisquer leur maison et leurs propriétés s'ils ne payaient pas 5 milliards de rials.

L'argent du sang a été estimé en fonction des blessures, y compris chaque égratignure et même ecchymose. Cependant, Mostafa avait rejeté toutes les allégations au cours de la période de procédure et s'était plaint de fausses accusations.

Pendant tout ce temps, Mostafa Salehi était fréquemment soumis à des tortures excessives et atroces en détention, qui n'avaient jamais fait l'objet de poursuites. Le juge l'avait notamment condamné sur la base d'aveux entachés sous la torture. Cependant, il semble que les autorités iraniennes aient l’intention de riposter contre la famille de Mostafa en plus de l’avoir pendu le 5 août.