Par Jubin Katiraie
L’oppression brutale des femmes a été l’une des principales politiques du régime iranien pour usurper les droits du peuple iranien après la révolution de 1979, qui a vu les mollahs accéder au pouvoir.

L'une des mesures consistait à rendre le foulard obligatoire pour les femmes peu de temps après la révolution. Les femmes iraniennes ont réagi en organisant un grand rassemblement, mais le régime les a réprimées. Des femmes membres des Mojahedin-e Khalq (MEK / PMOI) sont descendues dans la rue pour soutenir les femmes qui ne voulaient pas porter le foulard.

Avec le slogan «soit foulard, soit répression», le régime a jeté les bases de la répression des femmes en Iran et a privé les femmes de tous leurs droits. Le régime a depuis fondé 27 entités pour la répression des femmes.

Priver les femmes des droits sociaux est allé si loin que, selon Somayeh Mahmoudi, membre du parlement du régime: «Le conseil d'administration du parlement, composé de sept membres, ont souligné que les femmes doivent prendre soin des enfants et du ménage…Lorsque la capacité des femmes au parlement n'est pas utilisée dans la composition du présidium du parlement et des commissions, ou lorsque les employées ne peuvent même pas passer l'examen de secrétaire de la commission, comment gérer les politiques anti-familiales pendant que les femmes sont le pilier de la famille. (Hamshari quotidien 7 juillet)

Quand il s’agit de la situation des femmes qui sont intégrées dans la structure du pouvoir du régime, vous pouvez imaginer la situation des femmes ordinaires qui vivent sous la domination du régime. Ce n’est pas sans raison que le régime figure en bas de la liste internationale des droits des femmes.

Dans un article intitulé «Point de vue discriminatoire sur les femmes», Tayebeh Siavashi, un ancien député du régime iranien, a écrit: «Dans le site Web de la Vice-présidence pour les femmes et les affaires familiales, si vous regardez attentivement, dans chaque évaluation mondiale, l'Iran est l'un des derniers quatre pays dans l'emploi des femmes. Même les statistiques régionales montrent que, malgré tous les efforts, les préoccupations, l'autonomisation et l'éducation, les femmes ne sont pas autorisées à jouer un rôle dans la haute direction.

«Ils n'ont pas autorisé une femme à occuper le poste de vice-ministre alors que le Koweït compte 50 femmes dans son parlement et a déterminé un quota de 50% pour les femmes. Le problème est que le parlement, avec son point de vue patriarcal, n'accepte pas que les femmes prennent la place dans le conseil d'administration.

«C'est étrange que le 10e parlement n'ait pas supporté les femmes pour entrer au conseil. Certains ont même dit : comment les femmes peuvent-elles siéger pendant quatre heures au conseil d'administration, alors qu'il y a beaucoup de choses qu'elles doivent garder à l'esprit. » (Jahan Sanat 7 juillet)

Cela montre clairement que le régime ne tolère aucune position pour les femmes dans les affaires économiques et politiques du pays.

Et le quotidien Setareh Sobh avait écrit: «La manière de penser patriarcale n'a jamais quitté l'esprit de nos législateurs. Un parlement patriarcal et un gouvernement patriarcal, ou mieux, la souveraineté patriarcale, mettront en place un système social avec des lois patriarcales. » (Setareh Sobh)

Recherche

Iran - Sommet mondial en ligne

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS