Par Pooya Stone

Le régime iranien a exécuté une femme mardi à l'aube dans la prison centrale de Mashhad.

La malheureuse victime a été exécutée avec trois hommes et était dans le couloir de la mort depuis 11 ans.

Au moment de la rédaction du présent papier, l’exécution n’avait pas été annoncée dans les médias officiels, mais elle était la 107e femme pendue pendant le mandat du président du régime, Hassan Rohani. Cela n’est pas surprenant, étant donné que l’Iran est non seulement le leader mondial des exécutions par habitant, mais également le leader mondial des exécutions de femmes.

Bien que, comme pour toutes les statistiques sur les exécutions en Iran, il s’agisse d’un nombre minimum en raison des tentatives du régime de cacher ses crimes à la communauté internationale en procédant à tant d’exécutions en secret.

Comme le régime ne catégorise pas les meurtres en fonction de leur degré, cela signifie que toute personne reconnue coupable de meurtre sera condamnée à mort, quels que soient les circonstances ou leurs motifs.

De nombreuses femmes accusées en Iran ont elles-mêmes été victimes de violence mais n'ont aucun moyen légal de poursuivre leur agresseur ou de s'en échapper, elles agissent donc en légitime défense ou en défense de leurs enfants. Pour aggraver les choses, leurs procès sont extrêmement inéquitables, de sorte que les peines sont inutilement punitives.

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a écrit: «Les exécutions sont un moyen de survie pour le régime des mollahs en Iran. Il n'a pas abandonné les exécutions et les détentions malgré la pandémie de coronavirus. »

En effet, le 2 août, le régime a exécuté une femme de 32 ans dans la même prison. La femme, connue uniquement sous le nom de Mehri, avait purgé six ans dans le quartier des condamnés à mort. Elle a été, peut-être sans surprise compte tenu de ce que nous avons mentionné ci-dessus, accusée du meurtre de son mari.

En janvier, une femme de 35 ans identifiée comme Sara M a également été exécutée dans la prison centrale de Mashhad. Elle était dans le couloir de la mort depuis trois ans. Ils ont également tué Maliheh Haj Hassani, 29 ans, dans la prison centrale de Shiraz.

En 2019, le régime a pendu 16 femmes; six d'entre eux rien qu'en décembre, ce qui montre comment ils essayaient d'augmenter le climat de peur dans la population.

La Commission des femmes du CNRI a publié une liste des femmes exécutées pendant le mandat de Rohani et a réitéré les appels de la Résistance à l’interdiction de la peine de mort en Iran. Cependant, parce que le régime compte sur la terreur sociale pour se maintenir au pouvoir la peine de mort restera en vigueur en Iran tant que les mollahs ne seront pas renversés par la population.