01172019Jeu

Conférence en multiplexe dans 42 villes sur le terrorisme iranien

Conférence en multiplexe dans 42 villes sur le terrorisme iranien

Une conférence internationale était organisée ce samedi 15 décembre par la diaspora iranienne dans 42 villes d’Europe, des Etats-Unis et d’Australie et d’Albanie sur le fleau du terrorisme iranien en Europe. Des dizaines de représentants de plus de 300 associations et communautés iraniennes de divers pays ont pris la parole lors de cette vidéoconférence.

Ils ont réitéré leur soutien au Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et au Plan en dix points de la présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi. Ils ont déclaré que la seule solution à la crise iranienne actuelle qui a poussé toute la région au bord du gouffre est le renversement du régime des mollahs et l'instauration de la souveraineté populaire et de la démocratie.

Les ambassades du régime iranien conduisent le terrorisme en Europe et à travers le monde, ont déclaré les participants qui ont appelé les gouvernements occidentaux à réagir avec fermeté contre le terrorisme d’Etat iranien. En effet, en 2018, le régime iranien est entré dans une nouvelle phase de la pratique de son terrorisme d’Etat en Occident. Plusieurs attentats contre l’opposition iranienne ont été déjoués au cours des derniers mois en Europe et aux Etats-Unis.

Patrick Kennedy, ancien membre démocrate de la Chambre des représentants (États-Unis); Pandeli Majko, ministre d'État à la Diaspora et ancien Premier ministre (Albanie), Fatmir Mediu, chef du parti républicain et ancien ministre de la Défense (Albanie); Sid Ahmad Ghozali, ancien Premier ministre d’Algérie; Ingrid Betancourt; Lord Navnit Dholakia, chef adjoint du Parti libéral démocrate (Royaume-Uni); Yves Bonnet, préfet honoraire et ancien directeur de DST (France); Le sénateur Gerry Horkan, vice-président du comité des finances au Sénat d'Irlande; Antonio Tasso, membre du Parlement (Italie); Peter Eide, membre du comité judiciaire parlementaire (Norvège); et de nombreux autres législateurs, élus européens, ainsi que de personnalités politiques, juridiques et religieuses étaient parmi les participants et les orateurs de cette conférence.

Regrettant que les « partisans de la complaisance » continuent de chercher une voie pour négocier avec ce régime et aider les assassins du peuple iranien, Mme Radjavi a ajouté: « si vous ne voulez pas vous tenir aux côtés du peuple iranien, au moins ne mettez pas en danger la sécurité de vos propres citoyens ! Pourquoi aidez-vous un régime qui menace les capitales européennes ? Nous vous demandons de respecter la volonté du peuple iranien de renverser ce régime et d’instaurer la liberté et la démocratie. Empêchez ce régime criminel de mettre la main sur les revenus pétroliers de l’Iran qui sont notre richesse nationale ! Chaque baril de pétrole que vend ce régime, devient un coup de fouet ou une balle tirée sur le peuple iranien et les peuples de la région. Les essais successifs de tirs de missiles du régime ne visent qu’exercer du chantage et de menacer la paix dans la région et dans le monde. »

M. Patrick Kennedy a déclaré: "Contrairement à la propagande du régime iranien, les démocrates et les républicains des États-Unis sont unis pour soutenir une politique ferme sur l'Iran et pour soutenir le peuple iranien dans son désir de changement et d'une république fondée sur des élections libres, la séparation de l’Etat et la religion et l’égalité des sexes. C’est dans ce contexte que nous appuyons Maryam Radjavi et sa déclaration en dix points pour un Iran libre. La propagande du régime contre l’OMPI, qui fait parfois écho dans les médias occidentaux, est la meilleure preuve de la crainte que suscite auprès du régime, la popularité du mouvement en Iran et son rôle dans les manifestations anti-régime. Il est temps que l’Europe lutte également contre le terrorisme grandissant du régime en Europe et ses activités perverses dans la région. "

Ingrid Betancourt a déclaré dans son discours: «Au cours de la dernière année, le régime iranien a intensifié ses activités terroristes en Europe et a simultanément intensifié sa propagande contre l'OMPI. Cela montre clairement la crainte que le régime ressent de la part de l'OMPI et le rôle décisif de ce mouvement dans la poursuite des manifestations anti-régime en Iran et pour le changement de régime. Il est temps que les gouvernements européens adoptent une politique ferme contre le régime et un parti sans ambiguïté avec le peuple iranien. Enfin, les médias occidentaux libres doivent être vigilants afin d'éviter de propager la propagande des dictateurs contre une opposition démocratique. "

Des dizaines de représentants de plus de 300 associations et communautés iraniennes de divers pays ont pris la parole lors de cette vidéoconférence qui a débuté à 15 heures (heure locale en Europe centrale). Ils ont réitéré leur soutien au Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) et au Plan en dix points de la présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi. Ils ont déclaré que la seule solution à la crise iranienne actuelle qui a poussé toute la région au bord du gouffre est le renversement du régime des mollahs et l'instauration de la souveraineté populaire et de la démocratie.

 

Recherche

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS