01172019Jeu

Le crime des pasdaran contre les kurdes en Irak et en Iran

Le crime des pasdaran contre les kurdes en Irak et en Iran

Les pasdaran iranien, l’armée d’élite du Guide suprême Ali Khamenei, ont confirmé dimanche avoir tiré la veille sept missiles contre le quartier général d'un groupe d'opposition armé kurde iranien en Irak.
Le quartier général du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran a été touché samedi par sept missiles de surface tirés par la division balistique de la force aérospatiale des Gardiens de la révolutions, a indiqué un communiqué publié sur le site officiel de cette armée terroriste. Cette frappe a fait 11 morts et 30 blessés, selon des sources médicales locales.

La division des drones des pasdaran a également été impliquée dans cette rare attaque balistique transfrontalière menée sur le sol irakien à partir du territoire iranien.

Un responsable du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) -installé au Kurdistan irakien - avait indiqué samedi que 11 membres de son mouvement avaient été tués par des roquettes tirées sur leur siège à Koysinjaq alors qu'ils étaient réunis en congrès. Il avait accusé le régime des mollahs d'être à l'origine de l'attaque.

Koysinjaq est située près de la frontière iranienne, à environ 60 km à l'est d'Erbil, capitale de la région autonome kurde d'Irak.
Un communiqué des Gardiens de la Révolution affirme que ces deniers ont affronté récemment des commandos du PDKI dans le villes de Marivan et Kamyaran dans la zone du Kurdistan iranien, frontalière de l'Irak.

Les irakiens protestent

Dans un communiqué publié dimanche, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères irakien, Ahmed Mahjoub, a de son côté dénoncé le bombardement de Koysinjak, survenu au lendemain de l'incendie du consulat d'Iran à Bassora (sud de l'Irak) par des manifestants anti-iraniens.

"L'Irak protège la sécurité de ses voisins et refuse que son sol soit utilisé pour menacer ces pays mais refuse catégoriquement que sa souveraineté territoriale soit violée par le bombardement de quelque cible que ce soit sur son sol sans coordination préalable", a-t-il affirmé.

Le PDKI est le plus ancien parti autonomiste kurde d'Iran. Interdit après la Révolution islamique, il semble avoir repris des opérations en territoire iranien depuis 2016, après une longue trêve.

Sept de ses dirigeants ont été assassinés en Autriche et en Allemagne dans deux attentats commis respectivement en 1989 et 1992, attribués par ces deux pays à l'Iran.
Avec agences

Recherche

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS