Par Jubin Katiraie

Avec la propagation du coronavirus dans la plupart des coins de l’Iran et ses effets sur la vie de la population, l’un de ses effets secondaires les plus graves concerne l’éducation des enfants.

Le ministère iranien de l’Éducation a décidé de commencer la nouvelle année scolaire en lançant le réseau Internet Chad et de commencer pour l’éducation des élèves via Internet. Mais ce qui n’est pas pris en compte, c’est la pauvreté généralisée dans la plupart des provinces du pays. Les enfants qui, en raison de la pauvreté, n'ont pas de téléphone portable ou de tablette seront privés d'éducation au cours de l'année à venir.

En 2018, il a été annoncé au parlement du régime qu'entre 3 et 7 millions d'enfants travaillaient en Iran. Ces enfants sont contraints de travailler en raison de problèmes économiques, de maladies parentales (toxicomanie), de la vulnérabilité de la famille, du manque de ressources culturelles et de subvenir à eux-mêmes et à leurs familles avec les besoins élémentaires.

La réalité économique montre que cette situation ne va pas mieux et que le nombre d'enfants qui travaillent augmente. L'autre vérité amère est que ces enfants n'ont pas la possibilité de recevoir une éducation, et avant de devoir se préoccuper de l'application éducative, «Chad», ils sont obligés d'aller sur le marché du travail ou de travailler comme éboueurs.

Selon les statistiques fournies par le ministre de l'Éducation, le nombre actuel d'étudiants en Iran est d'environ 9 millions. Désormais, en raison du coronavirus et de la méthode d'enseignement via Internet, le ministère de l'Éducation a décidé de remplacer la présence d'élèves dans les salles de classe par l'application «Chad».

Rezvan Hakimzadeh, adjoint à l'enseignement primaire du ministère de l'Éducation, a déclaré le 4 août: "Nous avons identifié dans toutes les provinces et régions séparément le nombre d'élèves qui ne sont pas membres du" Chad Network "et parmi eux ceux qui ont accès à des outils intelligents et la possibilité d’utiliser l’espace technologique pour poursuivre l’éducation. Il est à craindre que ces élèves, qui vivent pour la plupart dans des zones défavorisées, s’ajoutent à la population des décrocheurs. »

Cependant, le ministre de l'Éducation du gouvernement de Rohani avait précédemment (29 mars) affirmé que «70 pour cent de nos élèves ont la possibilité de communiquer via Internet, téléphones portables, tablettes. Et seulement 30 pour cent des districts scolaires et des écoles n'ont pas accès à l'apprentissage en ligne. »

Mais cette statistique ne correspond pas à la réalité, et les problèmes des élèves et des enseignants ne s'arrêtent pas là. De nombreux enseignants et élèves des zones défavorisées ne sont pas connectés au réseau «Chad». Quelque 3,225 millions d'étudiants iraniens à travers le pays en raison du manque d'appareils et du manque d'accès aux téléphones et aux tablettes, ne peuvent pas utiliser l'éducation virtuelle.

• Alborz, l’adjoint à l'enseignement primaire a déclaré: «4500 élèves du primaire n'ont pas accès à Internet.»

• Le directeur général de l'éducation de la province d'Ilam a déclaré: «Environ 20 000 élèves de cette province ne sont pas entrés dans l'enseignement virtuel en raison de la pauvreté.»

• Yazdanpanah, directeur général de l'éducation à Kermanshah, a également déclaré: sur 325 000 étudiants de cette province, seulement 56% sont connectés au réseau «Shad». Les autres ne peuvent pas utiliser ce réseau.

• Le directeur de l'éducation du Lorestan déclare: «Sur 352 000 élèves de cette province, 30 000 élèves sont privés de cours sur Internet et du réseau« Shad »faute d'avoir une tablette ou un smartphone.

• Les responsables de l'éducation de la province du Golestan ont également annoncé que 81 pour cent de la population étudiante de cette ville frontalière de la province du Golestan ne peuvent pas se connecter à ce réseau.

Dans la province du Sistan et du Baloutchistan, où la plupart des habitants souffrent d’extrême pauvreté et de dénuement, la situation est pire. Le mauvais état de l'éducation dans cette province est très déplorable.

Idris Gahramzaei, un enseignant du Sistan et du Baloutchistan, a déclaré dans une émission télévisée: «Sur 700 000 élèves du Sistan et du Baloutchistan, seuls 200 000 d’entre eux ont accès à l’application éducative Shad.» Cela signifie qu'un demi-million d'étudiants du Sistan et du Baloutchistan ne peuvent pas utiliser ce réseau éducatif.

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS